L'impression 3D

  • L'impression 3D est devenue relativement fiable même si des qualités de patience et de bricolage sont fortement recommandées pour ce genre de pratique avec des imprimantes d'entrée de gamme !
  • Les nouvelles imprimantes intègrent de plus en plus de technologies novatrices et rendent l'impression plus rapide avec des prix relativement abordables.
  • Cette technique a littéralement fait exploser ma créativité en me permettant de combiner différents fichiers 3D de sources différentes pour obtenir des tableaux originaux.
  • L'inconvénient principal de cette technique est, pour l'instant, la lenteur du processus. Il faut en effet plusieurs jours pour imprimer de grands objets !
  • Les filaments de PLA (acide polylactique), que j'utilise exclusivement, sont des plastiques biosourcés et biodégradables (à base d'amidon de maïs ou de canne à sucre).
  • Mon imprimante est une Artillery Sidewinder X1 peu modifiée.

Etapes pour l'impression 3D

Le fichier 3D

Pour imprimer un objet 3D, il faut, en premier lieu, disposer d'un fichier 3D que l'on peut créer soi-même avec un logiciel spécialisé (modeleur) ou le télécharger (gratuitement ou en payant) à partir d'un des nombreux sites web dédiés. On peut aussi le créer par photogrammétrie à partir de photos d'un objet et d'un logiciel adapté.

Le slicer

Un "slicer" est un logiciel qui permet de convertir un modèle 3D en un ensemble de données d'impression, en découpant le modèle en couches horizontales appelées "tranches".
Le "slicer" prend en compte plusieurs paramètres tels que la qualité d'impression, la vitesse d'impression, la densité de remplissage, etc. Le logiciel calcule également les trajets que la buse d'impression doit suivre pour créer chaque couche.
Le fichier de sortie généré par le slicer est généralement un fichier "G-code", qui est un langage de programmation compris par la plupart des imprimantes 3D. Ce fichier contient toutes les informations nécessaires pour l'impression de l'objet, telles que les vitesses d'impression, les températures, les positions de la buse, etc.

L'objet 3D

Un fois imprimé, les objets 3D doivent  être nettoyés, car ils comportent souvent des "supports" qui sont des parties à supprimer qui ont servi d'appui à des éléments en porte-à-faux. Dans mes tableaux, je les peins les objets avec des mortiers de structure qui rendent les surfaces "crépies" pour donner un aspect brut et ancien. Ils sont ensuite peints de différentes façons.